04 septembre 2018

Habermas, dans l’espace public

Dans ce portrait intellectuel de l’enfant terrible de l’École de Francfort, S. Müller-Doohm nous découvre un infatigable polémiste, dont les prises de position ont marqué le dernier demi-siècle. C’est aussi l’histoire allemande d’après-guerre que cette première biographie nous donne à parcourir. "« Jamais je n’ai rencontré dans ma vie un homme qui attache une telle importance, dans la recherche de la vérité, à l’échange des arguments » (p. 350) : cette confidence d’Oskar Negt, rapportée par Stefan Müller-Doohm dans... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

27 juillet 2018

Végéter. Emanuele Coccia : "La Vie des plantes. Une métaphysique du mélange"

Les plantes ont beaucoup à dire lorsqu’on sait les écouter. Car leur existence est une métaphysique : celle de la vie, celle d’une manière spécifique d’exister et d’entrer en relation. Notre monde est un fait végétal avant d’être animal.  "...La publication d’un essai de métaphysique n’est pas fréquente et l’on ne peut que se réjouir de voir un jeune philosophe, médiéviste de surcroît, maître de conférence à l’EHESS, publier cette Vie des plantes qui devrait retenir l’attention des philosophes autant que celle des... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 juin 2018

Quand l’existentialisme illumina la Suisse

Il y a septante ans, au lendemain du conflit mondial, Jean-Paul Sartre et Simone de Beauvoir avaient effectué un séjour de trois semaines en Suisse pour donner des conférences sur la nouvelle pensée philosophique. Le philosophe Brenno Bernardi revient sur cette tournée. Philosophons
Posté par Le mediateur à 14:15 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
16 mai 2018

Mourir ou trahir. M. Chaumont, Survivre à tout prix ? Essai sur l’honneur, la résistance et le salut de nos âmes

Que serait-on prêt à faire pour survivre en situation extrême ? Le sociologue J.-M. Chaumont nous emmène voir de près en quels termes s’est posé ce dilemme pour trois catégories de survivants. Et montre comment on peut venir à croire que la vie sauve s’obtient parfois au prix du salut de l’âme. Dénoncer ses camarades pour échapper à la torture, brûler les cadavres des siens en échange d’un sursis pour soi-même, abandonner son bébé dans sa course dans l’espoir d’échapper aux poursuivants qui veulent vous massacrer…... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 12:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
30 avril 2018

Olivia Gazalé: «On ne naît pas homme, on le devient»

La philosophe Olivia Gazalé signe un livre simple et clair sur la construction de la virilité de la préhistoire à nos jours, laquelle explique en partie la perpétuation des inégalités hommes-femmes tout en enfermant les hommes dans leur propre piège. «Sois un homme!», «Moi? Je suis pas une tapette», «Lui, c’est un mec, un vrai», «T’as pas de couilles ou quoi?». Les références à la virilité et à ses attributs sont partout, tout le temps, et nous dépassent largement: que dit-on vraiment en employant ces termes, quels stéréotypes... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 13:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
31 mars 2018

Quand la philosophie répare le pire

Les illustres penseurs ne sont pas réservés à une élite, assure Marie Robert. Dans «Kant tu ne sais plus quoi faire», la jeune agrégée appelle les philosophes à la rescousse de nos déveines quotidiennes. Savoureux et convaincant. Spinoza qui vous sauve d’un trauma post Ikea. Heidegger qui vous console de la mort de votre chien. Levinas qui vous aide à apprivoiser votre ado rebelle. Ou encore Aristote qui vous guérit d’une gueule de bois… Non, les philosophes ne sont pas ces êtres inaccessibles dont les concepts complexes... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:43 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

07 mars 2018

Les arbres et les signes

Les arbres pensent, explique E. Kohn, parce qu’ils ont une faculté de représenter le monde, et l’anthropologie nous aide aujourd’hui à dépasser la distinction entre humains et non-humains. Le risque est cependant de donner de la pensée une définition assez pauvre. Voir l'analyse de Martin Fortier, doctorant à l’Institut Jean Nicod (Département d’Études Cognitives de l’ENS-Paris) et à la Formation Philosophie et Sciences Sociales de l’EHESS.
Posté par Le mediateur à 10:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
07 mars 2018

L’idéologie de la modernité. À propos de Marcel Gauchet " L’Avènement de la démocratie, IV : Le Nouveau monde"

La modernité, explique M. Gauchet, est un projet cohérent : celui de faire advenir une société autonome. C’est là incontestablement une de ses significations, mais peut-on considérer qu’il s’agit là d’un processus aussi unifié que l’auteur l’affirme ?  L’originalité de M. Gauchet dans le champ théorique contemporaine provient d’une conviction bien différente : au delà de l’égarement ethnocentriste, il y a quelque chose à sauver dans l’idéologie de la modernité... Voir l'analyse de Stéphane Haber,... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 10:49 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
25 octobre 2017

«Le deuil n’est pas une maladie psychologique, mais un acte social»,entretien avec Alix Burnand

La semaine prochaine, à Lausanne, le festival Toussaint’S dira tout de l’enterrement. Rencontre avec sa fondatrice, Alix N. Burnand, qui plaide en faveur des rituels collectifs pour traverser la tristesse de la perte. Le saviez-vous? En Suisse, la crémation est choisie dans 93% des décès. Et, le saviez-vous, bis? Ce qu’on appelle «cendres» est en fait de la poudre d’os, les gros os du corps, type tibia et fémur, que les flammes n’ont pas réussi à consumer. Le reste du mort, lui, part en fumée…La suite 
Posté par Le mediateur à 14:46 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
18 octobre 2017

Une nouvelle carte du Tendre. Francis Wolff : Il n’y a pas d’amour parfait

La philosophie peut-elle dire ce qu’est l’amour ? Dans un ouvrage court et argumenté, Francis Wolff s’essaie au jeu de la définition, montrant que l’amitié, le désir et la passion délimitent l’amour autant qu’il s’en nourrit.  S’interroger sur l’amour, c’est d’abord se demander s’il peut être défini. Ne serait-il pas un sentiment essentiellement variable, anthropologiquement et historiquement ? Bien que l’époque soit rétive à définir, F. Wolff se propose de saisir, sinon une essence intangible, du moins une musique de... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 10:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]