09 janvier 2019

L’homme-boucher. Florence Burgat "L’humanité carnivore"

A l’heure où les dénonciations de la souffrance animale se font plus vives et où fleurissent les régimes sans viande, comment expliquer la persistance d’une humanité carnivore, ni naturelle, ni rationnelle ? " Alors que les vidéos filmant des abattoirs de volailles et autres animaux de consommation de l’association L214 ont ponctué l’actualité ces derniers mois, les questionnements philosophiques sur notre consommation carnée ont émergé de manière plus vive dans l’espace public. Dans un contexte de remise en cause plus globale... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:17 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

04 janvier 2019

Pour l’amour de Spinoza

Avec la fougue de l’amoureux, Frédéric Lenoir explique le choc qu’il a ressenti en découvrant, tardivement, le «philosophe de la joie» et pourquoi ce maître de sagesse est à lire aujourd’hui. «Vous l’aurez compris, cher lecteur, j’aime profondément Baruch Spinoza. Cet homme me touche par son authenticité et sa profonde cohérence, par sa douceur et sa tolérance, par ses blessures et ses souffrances aussi, qu’il a su sublimer dans sa quête inlassable de sagesse. Je l’aime aussi parce que c’est un penseur de l’affirmation. […] J’aime... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
20 décembre 2018

Le temps des autres.Thomas Hirsch : " Le temps des sociétés. D’Émile Durkheim à Marc Bloch"

Dans une réflexion passionnante sur la manière dont les sciences sociales ont, après Durkheim, pensé le caractère social du temps, Thomas Hirsch invite à repenser le rapport des sociétés tournées vers l’avenir à leurs autres et, finalement, à elles-mêmes. "Qu’est-ce que le temps ? Cette question a reçu de multiples réponses en philosophie, sciences physiques, psychologie ou sciences cognitives. Ces disciplines identifient le temps soit au temps quantifiable de la nature, soit au temps fluctuant de la conscience. Tout un... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:41 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 décembre 2018

L’odyssée moderne. Marshall Berman " Tout ce qui est solide se volatilise"

Vivre en ville et aspirer à un développement infini : telles seraient les caractéristiques de la modernité, selon Marshall Berman, dont l’essai classique paraît opportunément en français, alors que la pensée critique est en perte de vitesse. "L’intérêt de cet ouvrage tient tout d’abord à la grande liberté de ton de son auteur, qui y défend une approche non-académique et personnelle de la modernité. Né à New York dans les années 1940, Berman fut profondément marqué par la dévastation de son quartier suite à la création d’une... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
14 novembre 2018

«Wu wei», l’art de réussir sans essayer

Un état de grâce dans lequel l’action s’accomplit par enchantement, sans le concours de la volonté: tout le monde l’a vécu, personne ne sait y retourner… Entre Confucius, taoïsme et neurosciences, le philosophe Edward Slingerland trace un chemin.  Wu wei : tout le monde connaît. Pas le terme, peut-être, mais les manifestations de la chose. C’est ce qui se passe lorsque l’acte que vous êtes en train d’accomplir vous réussit par enchantement, sans effort, ni volonté: votre tâche se remplit d’elle-même, pour ainsi dire, presque... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:09 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
10 octobre 2018

Miguel Abensour : l’émancipation par l’utopie

Miguel Abensour a profondément renouvelé la réflexion sur la démocratie : attentive au désir d’émancipation, sa philosophie politique s’est organisée à partir d’une conception originale de l’utopie qui entend rompre avec la mythologie de la « cité idéale » ou de la « bonne société ». "Ce qui frappe d’emblée, lorsque l’on jette un coup d’œil rétrospectif à l’œuvre de Miguel Abensour, c’est la grande diversité des thématiques et des auteurs sur lesquels celui-ci travaillait, qu’on ne peut cependant appréhender... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:02 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

02 octobre 2018

Avec tous les autres. Corine Pelluchon "Éthique de la considération"

La transformation du monde passe par la transformation de soi. L’éthique de la considération, selon C. Pelluchon, doit nous permettre de relever les défis écologiques et sociaux auxquels nous sommes confrontés, afin qu’à nouveau nous puissions vivre avec les autres êtres, quels qu’ils soient. "Dans un monde menacé d’effondrement, sourd aux enjeux écologiques et tourné vers un économisme sacrifiant les aspirations humanistes des individus et assombrissant les processus démocratiques, l’enjeu de l’ouvrage de Corine Pelluchon est de... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:44 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2018

Jean-Bernard Vuillème: «Rire de soi avec Kafka»

Enfant, après le signe de croix et la formule rituelle du confessionnal «Bénissez-moi mon père parce que j’ai péché», je ne me voyais pas en train d’ajouter: «Mon père, je m’accuse d’être né.» Si j’avais trouvé les mots et que j’aie osé les prononcer, il aurait laissé tomber son chapelet. Non, je tournais ma langue dans la bouche, ne sachant comment traduire le sentiment de culpabilité qui me hantait, sans rapport avec les mots qui finissaient par sortir... Pour rire de soi
Posté par Le mediateur à 14:37 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
02 octobre 2018

Des injustices qui ne passent pas

Comment penser nos responsabilités face aux crimes du passé dont les conséquences continuent de peser sur les conditions d’existence des victimes ou de leurs descendants ? Un premier pas, pour la philosophe Catherine Lu, serait d’admettre et de théoriser les racines coloniales de l’ordre mondial. "En 1904, sur l’actuel territoire de la Namibie, les troupes coloniales allemandes, en réponse à un soulèvement de Hereros mené par Samuel Maharero contre les conditions du régime colonial allemand, s’engagent dans un programme... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
04 septembre 2018

Habermas, dans l’espace public

Dans ce portrait intellectuel de l’enfant terrible de l’École de Francfort, S. Müller-Doohm nous découvre un infatigable polémiste, dont les prises de position ont marqué le dernier demi-siècle. C’est aussi l’histoire allemande d’après-guerre que cette première biographie nous donne à parcourir. "« Jamais je n’ai rencontré dans ma vie un homme qui attache une telle importance, dans la recherche de la vérité, à l’échange des arguments » (p. 350) : cette confidence d’Oskar Negt, rapportée par Stefan Müller-Doohm dans... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:32 - - Commentaires [0] - Permalien [#]