21 août 2019

La rentrée se rapproche,,,la morosité aussi !

La trêve estivale s’essouffle. On ramasse ses affaires, on replie sa tente, on entasse dans ses valises ses affaires d’été, et on se prépare à rejoindre sa ville, sa résidence et à reprendre ses habitudes. On sait que cette rentrée-là sera morose. Trop d’indignations ont ébranlé la France depuis un an, depuis le mouvement des Gilets jaunes. La braderie de notre agriculture, notre santé bien souffrante, notre vieillesse qui devrait être honorée abandonnée, le coût de plus en plus élevé de la scolarité de nos enfants, le taux... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 13:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 juillet 2019

La Saison des apparences : naissance des corps d’été, de Christophe Granger

Cet édito de ce jour je le consacre à l’ouvrage de Christophe Granger, paru certes en 2017, mais toujours d’une brûlante actualité. Car son essai retrace l’histoire de l’éclosion des corps d’été. Son étude permet de comprendre les enjeux sociaux et politiques, entre les artisans du droit et ceux de la morale. William Irigoyen illustre très bien l’ouvrage que je vous présente : " Vous vous relaxez sur une plage en lisant votre magazine préféré ? Savourez bien cet instant. Votre ancêtre estival n’a pas toujours été aussi... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
28 juin 2019

Voici l’été, une saison pour découvrir les arts (et les artistes)

« Dieu a créé les créateurs » disait Bergson. Aujourd’hui je vous propose l’apologie de l’art, ou des artistes. Pourquoi ? Parce qu’ils sont des créateurs de joie, et, en ce sens, ce sont des bienfaiteurs de l’humanité. Dans « Le Gai savoir », Nietzsche écrit « Artistes, donnez-nous des fêtes ». Pour le philosophe allemand, l’art est le plus grand stimulant de la vie et la bénédiction de la réalité. Et, en effet, les artistes sanctifient la vie. Même la tragédie peut être un tonique (Guernica de... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 16:36 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
08 juin 2019

Une journée à Sorèze

En ce 02 juin, c’est un dimanche brûlant d’été qui m’attend à Sorèze, une canicule soudaine, sans un souffle de vent, où les hirondelles se terrent dans leurs nids fixés sous les toits de la ville. Mais je dois vaincre la fournaise. J’ai un rendez-vous. Un rendez-vous avec un personnage hors du commun, hors du temps devrais-je dire. Celui dont le musée où je me rends porte le nom : Dom Robert. Dans la fraîcheur des murs de l’abbaye, «  l’entretien » peut débuter. Sont proposés à mon regard les cartons destinés... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 10:45 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
13 mai 2019

Le bonheur à tout prix

Voici ce qu’en dit (de la dictature du bonheur) Eva Illiouz*, directrice d’études à l’EHESS (Paris) : Selon Gilles Lipovetsky (L’ère du vide, 1983), nous vivons la seconde révolution individualiste avec cet intérêt pour le bonheur, processus culturel d’individualisation et de « psychologisation » qui a profondément transformé, au sein des sociétés capitalistes avancées, les mécanismes politiques et sociaux de la responsabilisation. Elle a, en effet, permis de présenter, sous l’angle de la psychologie et de la... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:22 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
12 avril 2019

Pourquoi l'abjection ?

Comme l'a déjà explicité Julia Kristéva, pourquoi y-a-t-il ce quelque chose qui n'est ni sujet, ni objet, mais sans cesse revient, révulse, repousse autant qu'il fascine ? Il y a, dans l'abjection, une de ces violentes et obscures révoltes de l'être contre ce qui le menace et qui lui paraît venir d'un dehors et d'un dedans exorbitant, jeté à côté du possible, du tolérable, du pensable. C'est là, tout près mais inassimilable, continue la philosophe (voir Les pouvoirs de l'horreur, 1980). Cette petite fille en pleurs que l'on a... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 12:14 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

05 avril 2019

L’argent peut-il tout acheter ?

Pour cet édito, aujourd’hui je vous pose la question : l’argent peut-il tout acheter ? Michael J. Sandel, dont l’ouvrage qui porte ce titre nous apporte une réponse à la fois humaniste et puissante. Ce professeur de sciences politiques à Harvard à analysé, des années durant, cette dérive de la marchandisation des biens et des valeurs. Sandel nous enseigne que, du point de vue économique, tout se monnaye, et c’est là le danger. Tout logo d’entreprise imprimé sur un objet en modifie le sens. Les marchés laissent une trace... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 12:13 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
13 février 2019

Question de temps

En ces temps d’accélération du temps, d’aliénation chère à Harmut Rosa, comment s’en délivrer ? Peut-être que la troisième révolution industrielle que nous vivons, celle de la numérisation du monde, ne correspond pas à l’Homme ? Les questions à se poser ne seraient-elles pas celles-ci : « De quel temps voulons-nous ? » « Privilégions-nous la course ou l’approfondissement ? » Je crois que c’est plutôt cette réflexion qu’il nous faut mettre en exergue, celle qui est pour moi la plus... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 13:47 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
01 février 2019

Mentalité de la rareté

Pourquoi les pauvres se conduisent-ils stupidement ? Pourquoi sont-ils plus disposés à commettre des crimes, plus enclins à l’obésité ? A l’usage de drogues, d’alcool ? Les statistiques disent que les pauvres empruntent plus, économisent moins, fument plus, font moins de sport, boivent… En fait, les pauvres ne peuvent s’aider eux-mêmes. C’est Eldar Shafir, psychologue à Princeton qui le dit. Lui et Sendhil Mullainathan, économiste à Harvard. Leur théorie de la pauvreté ? C’est une question de contexte. Shafir a... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:07 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
03 janvier 2019

Le porc, salut !

Bon, le Nouvel An, c’est fait. Quoique : figurez-vous que, pour les Chinois, la nouvelle année commence en réalité le 5 février. Nous entrerons alors, après l’année du Chien, dans l’année du Cochon. Sachez d’abord que, selon le site zodiaquechinois.com, « le natif du Cochon est animé par des sentiments désuets, notamment la bonté, la tolérance, un optimisme admirable qui lui permet de croire que l’être humain est perfectible ». C’est vrai que, par les temps qui courent, tout cela est un tantinet « désuet ».... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 14:42 - - Commentaires [0] - Permalien [#]