tronche-en-biais-04 Le 29e festival d'astronomie de Fleurance réunit des scientifiques et des intervenants de tous bords dans le Gers du 2 au 9 août. Outre l'observation des étoiles, les visiteurs peuvent assister à des conférences sur tous les sujets, pas forcément en lien avec le ciel. Exemple avec Thomas Durand : après avoir fait des études de biologie et été universitaire, il est devenu auteur, youtubeur (co-créateur de la chaîne "la tronche en biais") et dramaturge. A Fleurance, il est venu parler des biais.

Vous avez donné une conférence à Fleurance et vous l’avez appelé "Tous biaisés" : nous avons tous des "a priori" et devons vivre avec ?

Nous avons tous des biais cognitifs, des petits défauts de raisonnement : nous arrivons à des conclusions qui sont statistiquement plutôt correctes mais elles sont toujours un petit peu fausses. Mais parfois, elles sont plus fausses que d’autres et on n’est pas armés pour voir à quel point on se trompe. Quand on est raciste, on a des préjugés et quand on est un peu chauvin, on a des préjugés, c’est juste que les conséquences ne sont pas les mêmes. Mais le ressenti du chauvin et du raciste sont le même : ils sont aussi sincères l’un que l’autre. Il ne sont pas mal intentionnés et la plupart du temps, ils sont sincères et ne se rendent pas compte à quel point ils sont dévoyés par rapport au réel. Et les gens "normaux" sont aussi dans l’erreur mais en général, ce n’est pas grave. Tôt ou tard, il y aura un sujet où ce sera grave : sur la santé, sur l’éducation, sur plein de sujets de la vie de tous les jours. Et quand on se trompe et qu’on n’est pas habitué à vérifier si on se trompe ou pas, et bien on se trompe et on persiste.

La persistance dans l’erreur c’est un phénomène étrange, car personne ne veut se tromper, personne ne veut persister… Et pourtant, nous voyons autour de nous que beaucoup de gens se trompent et beaucoup persistent. Donc pour comprendre ça, eh bien il faut comprendre les biais. 

Accéder à l'émission que France Culture a consacré à cet événement