dechets Une loi anti-gaspillage, pour une "économie circulaire", a été présentée hier mercredi 10 juillet en Conseil des ministres. Gestion et traitement des déchets, filières de recyclage, de nombreuses pistes sont évoquées. Avec Baptiste Monsaingeon et Philippe Bihouix.

L’écologie du quotidien et le traitement des déchets étaient au centre du  Conseil des Ministres hier mercredi 11 juillet. La secrétaire d’Etat à la Transition écologique Brune Poirson y a présenté son projet de loi sur l’économie circulaire, de la réduction de la production des déchets à leur collecte (consigne, traitement ou valorisation). 

"On est face à un projet de loi qui est plus orienté vers la question du recyclage que vers la question de la réduction des déchets. Est-ce que cette loi est à la hauteur de l’urgence écologique en cours ? Est-ce que le recyclage qui est mis en œuvre depuis une quarantaine d’années en Europe et dans les pays du Nord a fait ses preuves en termes de réduction de déchets ? La réponse est non. Est-ce qu’il n’est pas temps de passer à une autre forme de réglementation des industriels et des politiques publiques ? Certainement que oui".    
Baptiste Monsaingeon

"L’écologie du quotidien avec nos déchets. Hier, en Conseil des Ministres, la secrétaire d’Etat à la transition écologique Brune Poirson a présenté son projet de loi sur l’économie circulaire, de la réduction de la production des déchets à leur collecte (consigne, traitement ou valorisation)".    
Baptiste Monsaingeon

"On fantasme sur la dématérialisation de l’économie, on fantasme sur l’économie des services, sur un monde post-industriel. Mais non, on vit dans une société hyper industrielle. Peut-être que ça se voit un petit moins chez nous parce que les usines ont été délocalisées un peu partout. Mais quand on réintègre le bilan des imports exports de la France, les émissions de CO2 et la consommation de ressources et d’énergie par personne augmentent !"   
Philippe Bihouix

Est-ce qu’on peut décemment penser une croissance économique infinie dans un monde aux ressources matérielles finies ? C’est en quelque sorte cette promesse d’une décorellation entre une économie de marché qui continuerait à croître indéfiniment et l’épuisement des ressources ainsi que la pollution de l’environnement. Cette promesse a été perpétuée par l’idée du « développement durable » et dont le relai a été maintenant pris par « l’économie circulaire ». Mais jusqu’ici on n’a pas pu décoreller ces deux courbes.    
Baptiste Monsaingeon

Il y a moins de 2€ de matières premières dans un smartphone qui coûte plusieurs centaines d’euros. Le reste c’est du marketing, des amortissements d’usine, du développement, etc.   La suite de l'entretien de France Culture

Image : filiere-3e.fr