sl107 Au début des années 70, Mercedes doit remplacer son icône des sixties, la magnifique mais vieillissante « Pagode ». Et pour remplacer un mythe, Mercedes va repartir dans une direction diamétralement opposée, en ciblant la (riche) clientèle américaine. La nouvelle SL sera donc bourgeoise, luxueuse, confortable et accessoirement sportive ….

Si la nouvelle SL « R107 » abandonne le toit Pagode, elle conserve un (lourd) hard-top, véritable marque de fabrique des SL. La ligne de profil de la R107 est très pure, même si la disproportion entre le capot et le coffre AR est d’une pureté sans faille, même si on peut observer une disproportion entre l’avant et l’arrière assez court qui lui donne ce cachet un peu daté.

L’intérieur cible totalement le public bourgeois auquel est destiné le nouveau coupé. Le cuir est omniprésent, les assemblages sont plus que précis, il n’y a aucun bruits parasites et surtout, ce qui nous interrese au premier point, cet intérieur vielli remarquablement bien. Coté équipement, tout est là : climatisation, régulateur de vitesse, vitres électrique …. Mercedes construit le positionnement de la R107 sur l’image de « la réussite à l’américaine » en réussisant à l’imposer à Hollywood. C’est ainsi que l’on retrouve la nouvelle SL entre les mains de Bobby Ewing dans « Dallas », de Richard Gere dans « American Gigolo », et surtout de Jonathan et Jenifer Hart dans la série « L’amour du risque » tout ceci contribuant à assoir son statut de « star ». En voir plus