mathsDes affiches aux allures provocantes n’étaient qu’un leurre pour faire réfléchir sur la place des femmes dans l’ingénierie.

«Hello les filles, envie de vous faire des sous en faisant les devoirs de maths des garçons?» Les passants interpellés par de drôles d’affiches dans les gares de Lausanne, Zurich ou Berne ont exprimé ces derniers jours sur les réseaux sociaux leur étonnement. Ce message, dont l’émetteur restait inconnu, fait-il preuve d’un sexisme assumé ou d’un féminisme maladroit ?

Le mystère a finalement éclaté cette semaine. Les affiches aux allures provocantes n’étaient qu’un leurre de l’USIC (l’Union suisse des sociétés d’ingénieurs de conseil), invitant à une réflexion sur la place des femmes dans l’ingénierie, en prévision de la Journée des ingénieures et des ingénieurs, le 15 mars prochain.

Le site Math Dealer qui proposait aux filles de gagner de l’argent grâce à leurs compétences scientifiques a depuis arrêté de proposer ses forfaits. La suite de la chronique