berenice-levet Je lis avec grand intérêt le nouvel opus de Bérénice Levet "Libérons-nous du féminisme", une enquête très érudite sur ce nouveau mal (et non mâle comme le penseraient ces néo-féministes) que connaît actuellement notre pays. Bérénice Levet insiste sur ce point : ces néo-féministes veulent criminaliser le désir masculin. Dans cette enquête, au demeurant très courageuse, Bérénice Levet dénonce ce nouveau totalitarisme qui se met en place, d'abord par l'attaque de la langue : féminisation des termes masculins, transformation de la syntaxe... Or, déjà au 17ème siècle, Molière fustigeait déjà ces femmes (Les femmes savantes..) qui souhaitaient la tranformation de la langue française. Un outrage !Levet-135x215

Que ce soit ou Michel Foucault, ou Claude Hagège ou autres penseurs, pour tous remplacer la langue originelle par une novlangue est le début du totalitarisme (voir 1984 d'Orwell).

Cessons de creuser le fossé entre le masculin et le féminin, entre les hommes et les femmes. Revenons à la poésie de Musset,  et laissons dans leur  coin ces néo-féministes qui veulent écarter l'homme de son alter ego féminin.

En voir plus

Et ici