road Prendre la route, avaler les kilomètres, se dépayser lentement, pour mieux se dépouiller de sa vie de fourmi urbaine laborieuse… L’occasion de se retrouver, mais aussi de distraire un touriste de plus en plus blasé.

«Nous décampâmes. Nous partîmes vers les horizons, avec une fièvre dont nous pensions que l’accumulation de kilomètres serait l’antidote alors qu’elle s’en révéla l’excitant. Mais le mouvement apaisait quand même quelque chose. Il atténuait notre mélancolie de n’avoir rien fait de nos vies, d’être né trop tard et d’avoir tout raté. Nous n’étions pas des lansquenets, nous avions manqué l’embarquement sur les galions pirates, nous ne rejoindrions jamais la forêt de Sherwood. Que restait-il? Les mobs, mon pote.» Ainsi se déploie le récit de l’aventurier-écrivain Sylvain Tesson dans son nouveau livre, En avant, calme et fou, qui paraît aux Editions Albin Michel et retrace vingt-cinq années de road trips en vieille moto, illustrés par les clichés de son compagnon de route, le photographe Thomas Goisque... La suite du voyage