sand Elle a emmené l’Arsenic, à Lausanne, pendant près de quinze ans. Depuis juillet dernier, c’est au Théâtre Saint-Gervais, à Genève, qu’elle applique son pragmatisme joyeux et inspiré. Portrait d’une directrice au service des artistes. 

"...A quoi Sandrine Kuster doit-elle ce mélange d’audace et de pragmatisme? «Sans doute à mon ancrage populaire. J’ai grandi dans la cité genevoise du Lignon entre un père chauffeur de bus et une mère ouvrière. J’ai été élevée dans le principe du travail bien fait, de la ponctualité et de la politesse. Rien de bien révolutionnaire!» Pourtant, la programmatrice a cofondé avec Eveline Murenbeeld le Théâtre de l’Usine en 1989, scène à l’œuvre dans le célèbre espace alternatif du même nom..." La suite