verrierUne enquête sociologique sur les verriers de Givors expose la difficulté à faire reconnaître les maladies professionnelles. Ce n’est qu’au prix d’une lutte juridique acharnée et de collaborations entre ouvriers et scientifiques que la vérité a pu être rendue publique.

Les anciens ouvriers d’une verrerie industrielle de Givors dans la région lyonnaise s’estiment victimes d’une injustice : au cours de leur vie professionnelle, ils ont été exposés à des substances dangereuses, ce que leur employeur ne pouvait ignorer, et cette exposition est à l’origine de graves problèmes de santé. Dans ce livre engagé, le sociologue et historien Pascal Marichalar cherche à éclairer une énigme, celle de « l’accommodement d’une société démocratique comme la nôtre à une situation dans laquelle des femmes et des hommes sont exposés à des risques connus, qui dans de nombreux cas causeront des dégâts importants » . L’auteur présente une enquête de sciences sociales sur le sentiment d’injustice des anciens ouvriers, en analysant leur quête de savoir et leur combat juridique... Voir l'analyse de Bénédicte Apouey est chargée de recherche du CNRS à l’École d’Economie de Paris. Elle s’intéresse aux inégalités sociales de santé en Europe et au paludisme en Afrique subsaharienne. Elle a obtenu le prix du meilleur économiste de moins de 30 ans de l’European Economic Association en 2009 et le prix de recherche internationale de l’IPUMS en 2017