maritza Durant des années, cette Bolivienne a travaillé clandestinement à Genève comme dame de compagnie. Le permis de séjour qu’elle a obtenu grâce à l’opération Papyrus a changé sa vie. Il lui donne le droit de voyager sans crainte, mais surtout de reprendre des études. Maritza Pierola vient de fêter ses 31 ans. Elle voyage vêtue de bleu, pour être reconnaissable par le contact qui doit venir la chercher à l’aéroport de Cointrin. A ses pieds, deux valises: une petite et une grande. A l’intérieur, trois épais manteaux qui «prennent toute la place», des numéros de téléphone, quelques effets personnels. Dans son portefeuille, un visa de touriste et de quoi «tenir» durant trois mois... La suite de cet happy end pour Maritza