enzymeIl faut cesser de nous voiler la face: les nouvelles technologies censées nettoyer la nature de la pollution plastique ne sont pas la solution. L’unique sortie? Une remise en question honnête et complète de nos comportements face à ce matériau. 

Hercule a-t-il nettoyé les écuries d’Augias avec un coton-tige? Non, l’effort eût été vain. Louable mais dérisoire, tout comme l’idée que l’on va un jour nettoyer la nature des déchets de plastique qui l’étouffent.

La découverte cette semaine par une équipe américano-britannique d’une enzyme bactérienne capable de digérer le plastique a suscité un intérêt certain auprès du public. La promesse de régler l’une des pires crises environnementales à venir à l’aide d’une simple bactérie a de quoi séduire... La suite ici