06 octobre 2017

Danser au bord de l'abîme, par Grégoire Delacourt

S'il y a un livre d'amour à lire toutes affaires cessantes, c'est bien celui-ci : "Danser au bord de l'abîme". Grégoire Delacourt nous emmène, avec son style solaire, dans une histoire d'amour incroyablement belle. Je l'ai lu en deux nuits !!! Je vous invite à vous offrir cette parenthèse enchantée même si les histoires d'amour finissent mal en général... Edité chez JC Lattès, 2017
Posté par Le mediateur à 11:54 - - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 octobre 2017

Du rififi autour de la CG Collection ?

  Moi-même roulant en ancienne (plutôt une young timer comme on dit aujourd'hui), je suis consterné par cette info que je vous fais partager : " Coup de tonnerre dans le landernau de la voiture de collection. La vénérable FFVE, en charge de gérer le régime et l’attribution des cartes grises collection, envisagerai une nouvelle réforme… La raison de ce projet ? Des petits malins détourneraient l’esprit de la CG Collection pour contourner la réglementation dans les ZCR (zones de circulation restreinte). En clair, en... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:40 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2017

« Les humeurs », une exposition de Juliana Góngora au MacVal

Dans le cadre de l’Année France-Colombie et de son programme de résidences, le MAC VAL invite Juliana Góngora (née à Bogota en 1988 où elle vit et travaille) pour une résidence de production de mai à juillet 2017, pendant laquelle elle tisse des liens entre son histoire personnelle en Colombie, sa place de femme dans la société et de nouvelle arrivante sur le territoire. En voir plus A partir du 21 octobre 2017 / Vernissage vendredi 20 octobre 2017, 18h30 / Commissariat Valérie Labayle, assistée de Fati Konate
Posté par Le mediateur à 11:34 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2017

Kazuo Ishiguro, musicien de la mémoire et de l’oubli

Le premier roman de Kazuo Ishiguro, Prix Nobel de littérature 2017, Lumière pâle sur les collines paru en 1982, s’ouvre sur un souvenir. Etsuko, une Japonaise venue de Nagasaki installée en Angleterre, se rappelle qu’elle voulait donner un prénom anglais à sa seconde fille – «peut-être dans le désir égoïste de me détacher du passé»; tandis que le père, un Occidental, souhaitait un prénom japonais: «Finalement, il accepta Niki, trouvant qu’on y entendait un vague écho d’Extrême-Orient». En savoir plus
Posté par Le mediateur à 11:29 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2017

L’école de Saas Fee, un drôle d’ovni parmi les universités suisses

Perchée dans les Alpes valaisannes, une université informelle réunit la crème des penseurs de gauche occidentaux. Peu connue en Suisse, l’European Graduate School séduit de New York à Berlin. Enquête sur une institution hors normes. C’est aussi ici qu’en leur temps Jacques Derrida, Jean-François Lyotard et Jean Baudrillard se rencontraient, dans les locaux de l’Hôtel Allalin, pour former ce qui s’appelle aujourd’hui encore l’European Graduate School (EGS), une sorte d’université privée qui fonctionne sans bourses ni subventions.
Posté par Le mediateur à 11:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2017

On s’en parle ? 2 l’amour, avec Catherine Taret

Thème costaud. Lectorat masculin. Pas évident. Et pourtant il faut bien un jour s’y frotter, à cet inexorable sujet. On va commencer par le commencement. Tomber amoureux. C’est cette lettre que John Steinbeck écrit en 1958 à son fils aîné qui lui annonce qu’il est amoureux. Tout nous plaît dans cet écrit. On y devine la fébrilité du jeune homme enflammé par sa conquête. On y lit la sagesse de l’homme mur, de l’amour patiné par les ans. On y savoure ce lien où chacun des deux hommes prend sa place. Et plus que tout, puisque la... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:19 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
06 octobre 2017

L’émouvante visite du nouveau musée Yves Saint Laurent d'Alix Capet

Le Musée Yves Saint Laurent, premier musée de Paris dédié à un grand couturier, ouvrait ses portes hier. Alix en a été très émue… C’est un lieu intimiste, occupant les anciens locaux de la Maison de Couture puis de la Fondation Pierre Bergé avenue Marceau. La découverte du musée prend environ une heure et demie. Très didactique, ponctuée d’explications, de planches de collection et de témoignages vidéo de ceux qui y ont travaillé, la visite nous plonge au cœur du processus de création et dans l’ambiance des défilés. On s’y croirait... [Lire la suite]
Posté par Le mediateur à 11:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]