jupiter Emmanuel Macron se rêve en président "jupitérien". Alors que les législatives l'ont doté d'une confortable majorité, nous avons interviewé un John Scheid, spécialiste de l'Antiquité pour comprendre ce qu'il entend incarner ainsi : dieu tout-puissant qui foudroie, ou dieu à la parole performative ?

A contre pied de la "présidence normale" de François Hollande, Emmanuel Macron se réclame d'une présidence "jupitérienne". C'est du moins ce qu'il avait revendiqué dès le mois d'octobre dans un grand entretien accordé à Challenges : "François Hollande ne croit pas au 'président jupitérien'. Il considère que le Président est devenu un émetteur comme un autre dans la sphère politico-médiatique". Alors que les législatives l'ont doté d'une nette majorité, nous avons voulu d'appréhender la conception du pouvoir qui se cache derrière cette convocation de la mythologie romaine en interviewant John Scheid, historien du Collège de France, spécialiste de l'Antiquité romaine. Macron se rêve-t-il en dieu capable d'écraser les pauvres mortels, ou plutôt en dieu dont la parole suffit à entraîner l'action ? Entretien

Illustration : Jupiter et Thétis, 1811, par Dominique Ingres