chacunNous nous connaissons (ou avons connu) des galères, des deuils, et les ennuis du voisin ne rassurent pas, vu qu’il n’y a rien à tirer du malheur, quoiqu’en dise la célèbre phrase de Nietzsche : « Ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort ». Etre fort, pour moi, c’est moins intéressant qu’être joyeux, léger et insouciant ! Mais s’il y a un bénéfice à tirer d’être mélancolique, c’est celui de pouvoir prendre le temps de réfléchir, de lire et/ou d’écouter les grands sages. D’ailleurs je vous conseille les grands textes grecs, Socrate a encore beaucoup à nous apprendre.

Nicolas de Tonnac nous offre une très belle leçon de vie avec son livre autobiographique « Chacun porte en soi une force insoupçonnée* ». Son l’histoire débute par une grande blessure, mais cette dernière l’emmènera vers la profession de soignant (il est médecin).

Lisez ce livre, et vous découvrirez, et ce, d’une façon magistrale, que l’on peut faire de sa tristesse une richesse folle pour ceux qui nous entourent et nous rencontrent. N’oubliez jamais : l’important c’est d’aimer. Là-dessus, soyez toujours vrai(e)s !

* Editions Albin Michel, 16 €